Unknown

J'ai RV chez le médecin du travail.
"Alors, qui êtes-vous, vous avez au moins une fiche de poste ? Parce que moi je n'ai rien sur vous", qu'il m'accueille. Nickel comme introduction. Et dire que je n'avais rien demandé, ayant déjà été auscultée dans le détail au mois de juin dernier par l'un de ses collègues, dans un département voisin.
Je lui tend le fichier type, rempli case par case par mes soins.
"Mais pourquoi vous êtes venue ?" qu'il continue. Parce qu'on me l'a demandé, banane. Pas l'habitude de désobéir aux ordres, ou du moins pas encore. 
"Alors est ce que vous êtes en bonne santé ? Vous suivez un traitement ? Vous fumez ? Vous faites du sport ? Vous avez fait vérifié votre vue ?", qu'il me lâche, engoncé derrière son bureau revêtu de marbre. Comme je le disais plus haut, je ne suis pas du genre contrariante, je réponds ce qu'il veut entendre et le voici qui se déride enfin. "Vous connaissez votre taille ? Votre poids ?" Pas de soucis, j'arrondis. Les chiffres lui conviennent. Dans la foulée, il lâche son clavier, se lève et vient me tâter le pouls, au sens premier du terme. Des années que je n'avais plus vu ça... Il enchaîne avec la prise de tension et me comprime les veines sous son truc serré à bloc. J'en ai la tête qui tourne. Ouf, le chiffre lui convient.
"Ma chère madame j'ai le plaisir de vous annoncer que vous êtes apte". C'est sûr qu'avec un examen aussi poussé, il peut se permettre des conclusions aussi radicales.